En attendant les fêtes : Laissez faire la jeunesse réunionnaise, elle brille de mille talents​​

Nous nous sommes quittés le 9 décembre sur l’annonce de la Journée mondiale de la laïcité (merci à la lectrice qui m’a dit que j’avais besoin d’ouvrir un dictionnaire, on ne donne jamais assez ce conseil à tout le monde !) et lors de cette journée mémorable j’ai attrapé la plus belle insolation de ma vie. Je vous raconte, chers lecteurs de Clicanoo, parce que c’est de l’optimisme en barre, et je pense qu’on en a tous besoin. Une classe d’enseignement moral et civique qui travaille sur la parole engagée avec l’artiste réunionnais Ti Rat (du groupe Ti Rat et Rouge Reggae), plusieurs autres classes raccrochées en cours de route pour chanter la laïcité en espagnol sur la musique de l’Hymne à la Joie de Beethoven, une historienne spécialiste de la liberté religieuse et de la laïcité à accueillir, le décor est planté. Rajoutez des arbres, dont un flamboyant cramoisi, « berçant leur palme », comme aurait dit Verlaine, un soleil de feu, un ciel uniformément bleu, des répétitions générales par petits bouts, des élèves qui prennent de l’assurance, proposent de nouvelles idées, un élève de terminale rappeur qui branche sa guitare électrique, entre dans le cercle de ceux qui chantent ; sous son regard qui glisse des uns aux autres pour les guider sans mots s’esquisse soudain entre les arbres une clairière de notes envoûtantes, et la magie commence. Après les textes, avec le claviste, on aimerait ajouter « Imagine » de John Lennon, lance le guitariste. Ok, dit la prof, on te suit. Il faudrait que les élèves s’entraînent un peu sur les paroles, qu’il dit. Ok. Le guitariste rajoute une trompettiste dans la ronde, elle s’organise pour récupérer sa trompette et apprendre sa partition entre midi et deux. On rajoute donc « Imagine » au programme de la matinée, les grappes d’élèves se succèdent, passent de l’espagnol à l’anglais, entrent petit à petit dans le trip de chanter en langue étrangère, quand la musique est belle et l’instant, partagé. Les artistes reggae ont amené des micros sur pied, on propose à des élèves de mettre en avant leur voix comme solistes. Une fille en robe verte laisse entendre son timbre splendide, riche, sublimé par la chanson de Lennon qui le fait serpenter dans les graves, comme l’eau la plus fraîche entre des galets chauffés au soleil de chez nous. D’autres élèves passent aussi pour la première fois derrière les micros, des filles, des garçons qui osent comme peut-être jamais encore ils n’en ont eu l’occasion. Car soudain tout devient possible. Entre « L’hymne à la Joie » fraternel et le « Imagine » rêveur, viennent les textes sur la laïcité, créés par des jeunes qui ont un tel éventail de mots à leur disposition, une telle richesse d’imagination et une telle puissance de rêve, qu’on en reste sans voix. Lunaïc Lebeau, musicien-ingénieur du son, et Ti Rat, auteur-compositeur qui a déjà maintes fois travaillé avec des jeunes de la Réunion notamment à la Bibliothèque départementale BDR (écoutez son dernier album Ici c’est la Réunion), offrent des fonds musicaux rythmés sur lesquels les textes écrits par les élèves, une fois qu’ils les scandent et les slament avec juste leur masque entre le micro et les lèvres, explosent de toute leur puissance poétique dans l’incarnation en ces voix jeunes, engagées, amoureuses de la laïcité, et qui la font vibrer comme personne parce que, un par un, et tous ensemble, ils y croient et ils la vivent. Le jeune rappeur de terminale plante chaque mot de sa voix de velours, son copain passe du texte éloquent au clavier, « Imagine » emporte tout et voilà le plus beau coup de soleil de ma vie de prof."

Mayi Vincent

CLICANOO

10 décembre 2021

En attendant les fêtes : Laissez faire la jeunesse réunionnaise, elle brille de mille talents​​